IRM pelvienne

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) est une technique d’imagerie médicale qui fournit des images détaillées en 2D ou 3D de l’intérieur du corps, sans émettre de rayons X. 

Elle permet une exploration précise de diverses structures anatomiques grâce à l’utilisation d’un champ magnétique puissant.

Qu’est-ce qu’une IRM pelvienne ?

L’IRM pelvienne est une méthode classique d’imagerie non invasive qui permet d’étudier avec précision les organes et tissus de la cavité pelvienne : les ovaires, les trompes,  l’utérus, le vagin, la vessie, la prostate, le rectum et les vésicules séminales. 

Il s’agit d’un examen fréquemment indiqué chez les femmes.
C’est l’examen de référence pour caractériser des pathologies au niveau du pelvis qui ne sont pas visibles ou mal-identifiées en échographie ou au scanner pelvien. 

Cet examen peut être réalisé avec ou sans l’injection intraveineuse d’un produit de contraste Gadoliné. Ce sera à votre radiologue de décider du protocole, en fonction de la pathologie à explorer. Le produit de contraste permet d’améliorer la qualité des images du pelvis.

Pourquoi faire une IRM pelvienne ?

L’IRM du pelvis est sollicitée en seconde ou troisième intention après une échographie pelvienne ou un scanner.

Elle est souvent indiquée devant des douleurs pelviennes au niveau du bas ventre ou des saignements vaginaux anormaux chez la femme mais aussi devant des difficultés à la miction, un gonflement du scrotum ou un taux élevé de PSA sanguin (Antigène Prostatique Spécifique)..

Elle permet de diagnostiquer diverses pathologies ou situations :

  • Une tumeur bénigne, comme des kystes ovariens, fibromes utérins, adénomyose ou hypertrophie de l’endomètre. L’IRM pelvienne permet une surveillance régulière de la croissance des tumeurs pour faciliter la prise de décision concernant les options de traitement et minimiser les complications potentielles
  • L’endométriose. L’échographie pelvienne est l’examen de première intention pour diagnostiquer cette pathologie. L’IRM est utilisée comme bilan complémentaire car elle est plus sensible pour détecter les lésions d’endométriose. Elle permet d’évaluer l’étendue de la maladie et de planifier un traitement approprié
  • Maladies inflammatoires pelviennes (MIP) ou infections génitales, urinaires
  • Des varices pelviennes
  • Explorer la cause des métrorragies
  • Rechercher des troubles de la statique pelvienne. L’IRM pelvienne permet de visualiser en détail les structures anatomiques du pelvis afin de détecter toute anomalie ou affaiblissement pouvant contribuer à un prolapsus
  • Établir un bilan d’infertilité en visualisant l’activité folliculaire
  • Malformations de l’utérus du type cloison utérine, utérus bicorne etc
  • Un polype utérin ou le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK).
  • Exploration des pathologies rectales
  • Bilan d’extension et de suivi des pathologies tumorales : cancers de l’utérus, des ovaires, de la prostate et des testicules. L’IRM pelvienne permet de caractériser la tumeur, étudier son stade d’avancée, son étendue etc

Comment se préparer à une IRM du pelvis ?

Si l’injection du produit de contraste est nécessaire, il est conseillé de venir à jeun pendant environ 4 heures avant l’IRM du pelvis. 

Avant l’examen, il vous sera demandé de réaliser un lavement évacuateur et de vous présenter avec la vessie pleine pour obtenir des images des organes de meilleure qualité.

En raison de mesures de sécurité, veuillez nous informer lors de la prise de rendez-vous si  vous êtes enceinte, susceptible de l’être ou allaitez

Si vous avez des allergies, un test pourra être indiqué afin de vérifier s’il n’y a pas de contre indication à l’injection du produit de contraste. Si c’est le cas, une prémédication anti-allergique sera nécessaire. 

De plus, si vous souffrez de claustrophobie, prévenez l’équipe médicale. Un médicament contre l’anxiété pourra vous être prescrit.  

Le jour de votre examen, pensez à amener votre ordonnance, carte vitale, la liste de vos médicaments ainsi que vos précédents examens (radiographies, IRM, scanner, etc) en lien avec le sujet de l’examen ainsi que vos résultats de bilan rénal si cela a été demandé lors de prise de rendez-vous.

Quelles sont les contre-indications à une IRM pelvienne ?

L’IRM pelvienne ne présente pas de contre-indications spécifiques. Elles sont les mêmes que pour toute IRM, à savoir en présence : 

  • D’implants et projections métalliques intra-oculaires
  • De valve cardiaque métallique et d’une pile cardiaque (pacemaker)
  • De certains clips métalliques intracrâniens
  • D’une prothèse auditive non amovible

L’injection de produit de contraste est contre-indiquée en cas d’insuffisance rénale sévère, d’antécédents de réactions allergiques graves liées à l’injection de produit de contraste.

Déroulement d’une IRM pelvienne dans les centres Révélis

L’IRM pelvienne est indolore et rapide : elle dure en moyenne entre 15 et 20 minutes, selon la pathologie à explorer.

Avant l’examen, il vous sera demandé de retirer vos bijoux et tout objet de vos poches (clés, téléphone portable, portefeuille, stylos, etc) pouvant nuire à la qualité des images. 

Si votre examen nécessite l’injection d’un produit de contraste gadoliné, le technicien en radiologie se chargera de la procédure en posant une voie intraveineuse. 

L’IRM est un examen assez bruyant. Un casque de musique ou des bouchons d’oreille vous seront donnés pour diminuer le bruit.

Au moment de l’examen, vous serez allongée sur la table d’examen, dans la position indiquée par le professionnel de santé vous prenant en charge. La table est ensuite déplacée à l’intérieur de l’appareil d’IRM.

Lors de la prise de clichés, l’équipe médicale, placée derrière une vitre protectrice, vous demandera par l’intermédiaire d’un micro de rester immobile et de tenir votre respiration pendant quelques secondes pour garantir la netteté des images.

En cas de nécessité, elle peut intervenir à tout moment.