Imagerie Médicale

L’imagerie médicale désigne l’ensemble des techniques qui permettent d’obtenir des images du corps humain à l’aide de différents phénomènes physiques.

Qu’est-ce que l’imagerie médicale ?

L’imagerie médicale est un outil majeur dans le domaine de la médecine.  Elle permet de visualiser le corps humain dans toutes ses dimensions.

Elle regroupe une variété de techniques qui visent à restituer des images du corps humain grâce à différentes technologies telles que l’absorption des rayons X, la réflexion d’ondes ultrasons, les champs magnétiques et la radioactivité.

L’imagerie médicale joue un rôle important à chaque étape du parcours patient. Elle est utilisée en complément d’un examen clinique et d’autres bilans biologiques pour poser des diagnostics précis, suivre l’évolution des maladies, guider les interventions médicales et évaluer l’efficacité des traitements.

Comment fonctionne l’imagerie médicale ?

Plusieurs techniques sont couramment utilisées en imagerie médicale. Elles offrent des images 2D ou 3D du corps humain : les tissus, les organes et les cellules qui peuvent être visualisés sur un écran informatique.

Le fonctionnement de l’imagerie varie en fonction du type de technique utilisée, notamment en termes de rayonnement émis ou de phénomène physique.

L’imagerie médicale regroupe ainsi :

  • La radiographie utilise un faisceau de rayons X à faible dose. Elle est souvent indiquée pour étudier le système osseux. Le fonctionnement de la radiographie repose sur l’émission des rayons X par un dispositif au niveau de la zone à étudier. L’absorption des rayons X dépend de la densité des tissus. Cette différence d’absorption permet de créer une image où les structures denses comme les os apparaissent plus claires que les tissus mous
  • Le scanner, ou tomodensitométrie. Comme la radiographie, le scanner se base sur l’absorption des rayons X par les tissus. Il permet de produire des images en coupes de différentes parties du corps
  • L’échographie permet l’étude de nombreux organes et tissus internes du corps grâce à l’utilisation des ultrasons.  Elle repose sur l’exposition des tissus à examiner à une sonde émettrice d’ondes ultrasonores et à la réception de leur échos, convertis en images détaillées et affichées sur un écran vidéo
  • L’imagerie par résonance magnétique (IRM) repose sur les propriétés des atomes d’hydrogène présents dans le corps. Sous l’influence d’un champ magnétique puissant et d’impulsions de radiofréquence, ces atomes émettent des signaux qui sont captés puis transformés en images par un ordinateur.

Avantages et limites de l’imagerie médicale

L’imagerie médicale occupe une place centrale dans la pratique de la médecine moderne.

Elle offre plusieurs avantages aux patients et aux médecins :

  • L’imagerie médicale est un outil indispensable dans le diagnostic précoce de diverses pathologies. Elle aide le médecin à comprendre l’origine des complications du corps humain et lui permet de prendre de meilleures décisions
  • Elle offre une aide à la réalisation de certaines interventions, notamment en radiologie interventionnelle. L’imagerie médicale permet le guidage de la réalisation des ponctions, infiltration articulaires , biopsies, infiltrations épidurales pour  localiser précisément la zone à cibler lors de l’intervention, afin de minimiser les risques et améliorer la précision du geste
  • L’imagerie facilite le traitement et le suivi de plusieurs pathologies, notamment celles dont les symptômes sont difficiles à interpréter initialement, ce qui permet une prise en charge complète et personnalisée des patients
  • Les techniques d’imagerie médicale sont intégralement indolores et ne nécessitent pas de préparation spécifique, sauf en cas d’usage d’un produit de contraste. Cela simplifie donc le processus pour les patients
  • Elle présente l’avantage d’éviter de nombreuses chirurgies exploratrices qui peuvent être invasives pour le patient. Cela contribue à réduire les frais de traitement et favorise également une meilleure récupération
  • C’est un procédé sûr et efficace grâce à l’utilisation de faibles doses de rayons X

Toutefois, l’imagerie médicale n’est pas sans risques et doit être utilisée avec prudence.

L’utilisation fréquente de certains examens radiologiques, comme les scanners ou les radiographies, sans une optimisation adéquate des doses en fonction de l’âge, de la taille et du poids du patient, peut conduire une exposition cumulée aux rayonnements ionisants.

Cette exposition accrue peut significativement augmenter le risque de développer un cancer. Ce risque est plus important pour les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées ainsi que pour les organes radiosensibles comme le sein et la thyroïde.

De plus, certaines techniques d’imagerie, comme l’IRM, peuvent causer de l’inconfort chez certains patients en raison de l’espace restreint à l’intérieur de l’appareil, ce qui peut entraîner de l’anxiété ou de la claustrophobie.

Certains examens radiologiques nécessitent l’administration intraveineuse de produits de contraste à base d’iode ou de gadolinium. Ces produits peuvent induire des effets indésirables tels que des réactions allergiques sévères.

L’évolution de l’imagerie médicale

L’imagerie médicale a vu le jour en 1896 avec la découverte des rayons X par Wilhelm Röntgen, un physicien allemand. Depuis lors, cette discipline a évolué de manière continue. Elle propose désormais des technologies de plus en plus précises et performantes.

L’imagerie médicale englobe plusieurs technologies développées grâce aux découvertes de la physique du XXe siècle, telles que les rayons X, les ondes radioélectriques, les champs magnétiques et la radioactivité.

Plus récemment, au XXIe siècle, l’imagerie médicale a connu une évolution rapide vers la numérisation. Des techniques innovantes ont émergé comme l’imagerie 3D, 4D et moléculaire.

Toutes ces évolutions permettent au corps médical de fournir des diagnostics précis et adaptés aux besoins de chaque patient.